Qui sommes nous ?

Un parcours

socio-médical & humanitaire

 

À son origine l’ASRIR est une association à vocation Médico‑Sociale spécialisée dans l'insuffisance rénale, qui a toujours été précurseur et innovante dans ses projets. Son influence a été nationale.

 

L’idée fondatrice est d’agir auprès des patients insuffisants rénaux tout au long de leurs parcours de soins et de vie.

Le nom de l’ASRIR le souligne : la "SAUVEGARDE" relative aux soins et la "RÉADAPTATION", qui s'intéresse aux conditions de vie du patient. 

 

Création de l'association ASRIR en mai 1968 par le Dr Michel BASSE, lui-même insuffisant rénal. Celui-ci constate l’absence de structures médicales de  dialyse (publiques ou privées) et s'implique dans le développement des thérapies rénales, seules solutions d’espoir et de survie pour les personnes en Insuffisance Rénale Terminale. Son projet a été soutenu par les facultés de Médecine de Paris, Bordeaux et Toulouse. En 1971, décès du fondateur.

 

En 1972 : premières dialyses hébergées dans la Clinique Cardiologique d’Aressy pour 1 Franc symbolique (dans la zone cafétéria actuelle). Les premiers néphrologues découvrent la dialyse et se forment.

 

En 1978 : contre vents et marées,  l’association construit le premier Centre de Dialyse de France, à Aressy-Pau, aux frontières des Landes, du Béarn et du Gers. 

 

En 1991 : l'association soutien et encourage la création du Cercle Bleu qui informe le grand public sur les thématiques de la greffe et du don d’organes.

En 1998 : le Centre de dialyse est à bout de souffle en terme de capacité d'accueil.

Une nouvelle équipe de direction et d'administrateurs bénévoles se met en place.

Un ambitieux projet de développement et de rénovation est alors initié pour créer un nouveau plateau médical et néphrologique.

 

2001-2008 : le Centre de dialyse est reconstruit et agrandit après sept années de travaux en site occupé. Quatre nouvelles Autodialyses seront créées à Pau, Oloron, Orthez et Aire/Adour. 

 

Diverses reconnaissances professionnelles et certifications marqueront cette reconstruction.

La région bénéficie désormais d’un pôle de thérapies rénales innovant et exemplaire qui occupe une place irremplaçable dans le Grand Béarn (360 000 habitants). 

 

En 2013 : considérant avoir pleinement rempli sa mission en tant que promoteur de Santé, l’ASRIR décide de se désengager des activités de soins pour se consacrer au développement de sa vocation Sociale et Humanitaire. 

 

Ainsi, tout en restant propriétaire du plateau immobilier, l’ASRIR confie la gestion du Centre de Dialyse au laboratoire international  Fresenius Medical Care , spécialisé dans les thérapies rénales.

 

1968 - 1978 - 2018, un grand clin d’œil : la construction du nouveau siège social de l’association (2018) coïncide avec l’anniversaire des 50 ans d’existence de l’ASRIR (1968) et des 40 ans de la construction du Centre de Dialyse (1978).

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
 

2013, la refondation
du projet associatif

Constat est fait que l’urgence n’est plus dans la création des établissements de dialyse mais dans l’accompagnement de tout patient chronique, particulièrement ceux insuffisants rénaux, souvent en détresse sociale, matérielle et morale de par la chronicité de la maladie.

Désormais l’association s’engage sur la Solidarité Humaine aux plans : 

 

• Socio-médical : accompagnement à la périphérie des soins (conditions de vie du patient).

 

• Soutien et Partenariats Associatifs : coopération & synergie.  

 

• Humanitaire : aide aux personnes et populations fragilisées, démunies ou discriminées.

• Action Publique & Intérêt Général : soutien aux campagnes de Santé locales et nationales.

 
 

La double vocation 
de l'association

La Sauvegarde qui vise à
 « agir sur la santé » par : 

  • La promotion de toutes les solutions palliatives et curatives face aux maladies rénales (hémodialyse, transplantations et don d'organes, tissus et sang).

  • La promotion de la greffe et du don d’organes, via une information non moralisante dans le respect des convictions de chacun.

La Réadaptation sociale

qui vise à «agir à la périphérie des soins»

Agir sur le cadre de vie des personnes en vue de : 

  • L’amélioration des conditions de vie des personnes fragilisés par la dégradation de leur situation matérielle et financière et ainsi éviter un basculement vers les phénomènes de décrochage et de renoncement.

  • La préservation des liens sociaux, professionnels ou familiaux, très souvent mis à mal par les lourdes conséquences de la chronicité de la maladie.

 

Une implication humaine 

 

Une assise de bénévoles
historiquement fidèles et actifs
(certains adhérents sont présents depuis la création)

Un Conseil
d’Administration
5 Administrateurs

Un Bureau Exécutif :

Président, Trésorier

et Secrétaire.

Une Direction Générale 

et une Équipe engagée dans la conduite des actions